Tout d’abord, qu’est-ce qu’un Booker (aussi appelé tourneur ou agent artistique) ? Si ce concept ne vous est pas familier, je vous invite sur le site monprojetmusique pour comprendre les différentes facettes de ce métier. Ensuite, la vision que l’on se fait de ces professionnels du spectacle est très bien décrite dans l’article « Bookeur, l’agent des tournées » de Thomas CORLIN, publié dans Libération le 03/07/2015 : il s’agit belle et bien d’une réalité ! Toutefois, je vous propose une autre réalité : Mickaël DONNE, Agent Artistique, rentre dans le vif du sujet en répondant à l’interview Branché-Rock!

Photo Branché rock Mickaël DONNE

Mickaël qui es-tu :

J’ai 46 ans, marié depuis 22 ans, père de 3 filles (17, 14, 11 ans) et j’ai 2 activités : Chauffeur-livreur la nuit (35 h/semaine) + Agent Artistique en auto-entrepreneur le jour (55 h/semaine mini).

 

Ton parcours musical :

Accordéoniste puis chanteur dans de petits orchestres de variété (association) depuis l’âge de 11 ans jusqu’à 40 ans (maintenant, je n’ai plus le temps !).

J’ai commencé à démarcher pour un petit duo (un accordéoniste + moi-même au chant) et la vie a fait que j’ai rencontré le proche d’un musicien qui cherchait quelqu’un en mesure de trouver des concerts pour son groupe. Je me suis dit : « pourquoi pas ! »

A partir de ce moment-là, j’ai bossé comme un fou pour me confectionner un fichier le plus important possible (j’ai maintenant plus de 70 000 adresses mails diverses dont 42000 utiles).

Les groupes sont venus naturellement vers moi, au fil du temps, par le bouche à oreille. J’ai maintenant une démarche inverse où je propose mes services à des groupes.

 

Ce qui t’as convaincu de te lancer :

Le hasard de la vie…

 

Présente-nous le métier d’Agent Artistique :

Le métier d’Agent Artistique a plusieurs fonctions, à la fois trouver des concerts pour le groupe mais également gérer son image, son développement, la relation avec la presse… Les groupes avec lesquels je collabore gèrent eux même la partie image et développement par l’intermédiaire d’un producteur ou d’un attaché de presse. Pour ma part, je me concentre essentiellement sur la partie recherche de concerts : je suis plus Booker qu’Agent à part entière. Bien entendu, lors de mes contacts avec les organisateurs, mon action implique de mettre en lumière et valoriser l’image du groupe pour que celui-ci se développe en décrochant des programmations intéressantes pour sa carrière : tout est lié.

 

Privilégies-tu plus particulièrement certains styles musicaux :

Pas spécialement : la plupart des groupes dont je m’occupe font de la « chanson française » avec des styles divers. On notera tout de même majoritairement une orientation rock avec également un côté festif.

 

Quel est l’étendue de ton catalogue :

Travaillant principalement avec les mairies, j’essaye d’avoir un large choix de groupes de qualité, des musiciens professionnels, sérieux et motivés. A travers leurs prestations, c’est ma réputation qui est également en jeu. J’ai besoin d’être sûr que l’organisateur sera satisfait par la qualité du concert et le professionnalisme des artistes afin qu’il revienne vers moi pour ses futures programmations.

 

As-tu une préférence pour les artistes français et le chant en français :

Oui, mes goûts musicaux vont clairement vers la chanson française (création) mais j’apprécie aussi les très bons groupes de reprises (même en anglais).

 

Coups de cœur et affaires font-ils bon ménage :

Non… pas toujours, j’ai souvent craqué pour un groupe ou un artiste, mais avec l’expérience, je sais qu’il faut laisser le temps à un groupe pour qu’il grandisse, murisse et se fasse remarquer. Il devra passer par les cafés concerts, les petites programmations, et ainsi parviendra à faire des scènes de plus en plus intéressantes.

Tous les ans, je me fais plaisir en accueillant un groupe pour lequel j’ai un réel coup de cœur. Ou bien, c’est arrivé plusieurs fois, je tombe sur un artiste ayant tellement envie de réussir, qu’il finit par me convaincre de lui laisser sa chance. Malheureusement, j’ai généralement une à deux demandes par semaines pour travailler avec moi. Certains groupes attirent mon attention mais je ne peux pas répondre favorablement à toutes les sollicitations. Je me contente alors de récolter les infos pour une éventuelle collaboration.

Certains m’appellent plusieurs fois par an, on discute, on fait le point sur l’avancée de leur projet, et on se dit à la prochaine fois… (certains se reconnaitront peut-être, je les salue… ça finira peut-être par payer…)

Pour revenir à la question, même si ce métier est passionnant, je suis obligé d’avoir comme objectif de gagner ma vie et je dois faire des choix. Avec le temps, mon fichier de contacts est devenu un atout pour proposer mes services à des groupes qui marchent déjà bien sans moi. Du coup, je viens en complément de leurs propres recherches, ce qui est beaucoup moins stressant et un groupe qui tourne bien depuis des années est bien entendu beaucoup plus facile à placer.

 

La relation : avec les groupes / avec tes clients / avec les concurrents :

Relation avec les groupes : les maîtres-mots sont transparence et confiance, en outre, je ne demande aucune exclusivité. On n’est pas là pour se prendre la tête, si on a plus envie de travailler ensemble et bien, on arrête ! Donc, sur ces principes, tout se passe bien.

Je ne fais jamais de promesses, je fais de mon mieux, je me donne toujours à fond, j’y sacrifie ma santé, je donne autant à chaque groupe !

Parfois, pour certains, les dates de concerts pleuvent, pour d’autres, ce n’est pas le cas, je suis toujours déçu si je ne suis pas à la hauteur des attentes mais je ne fais pas de miracle : il y a le travail et le talent, mais également la chance…

Un coup de fil un jour trop tard et c’est raté, un tarif 100 euros trop cher et le choix se porte sur un autre groupe… Les programmateurs ont tellement de propositions que l’on ne peut pas gagner à tous les coups.

 

Relation avec les clients : (ou plutôt les organisateurs comme les mairies, salles de spectacle, festivals). En général, ça se passe plutôt bien, on a souvent à faire à des personnes sympas, qui ont très rarement la grosse tête. Quand ils viennent vers moi, c’est que le groupe les intéresse, après, le travail n’est pas compliqué : une petite présentation, les tarifs, des relances sans être trop insistant, une négociation si nécessaire et puis on rajoute une date à l’agenda du groupe. Si tout va bien (99% des cas), soit l’organisateur revient vers moi l’année suivante, soit il se montre très ouvert à de nouvelles propositions.

Relation avec la concurrence : Il y a très peu de contacts avec la concurrence. Cependant, j’ai vécu une mauvaise expérience avec un groupe qui avait déjà un agent. On a essayé de travailler en parallèle mais il n’a pas joué le jeu : il proposait des tarifs plus bas que ceux demandés par le groupe qui a finit par le laisser tomber. Désormais, j’évite de travailler avec des artistes qui ont déjà un agent. Si c’est le cas, c’est en grande partie au groupe de faire en sorte que cela se passe bien.

Par contre au fil du temps, j’ai mis en place des collaborations de confiances avec d’autres agents (en l’occurrence, ce sont des producteurs). Nous partageons nos groupes : je place les leurs, ils placent les miens, cela permet de répondre à toute demande. Si une mairie veut un groupe ou une prestation diverse, je prends contact avec tout mon réseau et nous pouvons rapidement répondre à leur demande. (un petit coucou à Chantal et Jean Jacques, à Brice et à Karl).

 

Tes joies / tes difficultés :

Mes joies : à chaque fois que j’ai le plaisir d’annoncer à un groupe que la date d’un concert est confirmée ! Pour ne rien vous cacher, j’ai également une petite satisfaction quand je regarde le tableau de mes comm’ qui s’allonge…

Mes difficultés : principalement la fatigue : entre mes 2 activités, je travaille plus de 90 h par semaine, 7 jours sur 7, je ne m’octroie qu’une semaine de vacances et encore, je pars avec ordi, dossiers et je gère tous les appels.

Autres difficultés : certains se reconnaitront…

J’aime répondre très rapidement aux demandes des programmateurs. Quand j’ai besoin de joindre un groupe, certains sont très réactifs, si je ne les ai pas directement, je suis rappelé souvent dans la ½ heure ou au pire dans les heures qui suivent. Avec certains autres, c’est plus compliqué…

Pour moi, c’est important d’être très réactif car si je ne le suis pas, l’agent d’un autre groupe le sera peut-être et le groupe perdra ses chances de marquer des points…

 

Comment procèdes-tu pour obtenir des concerts :

J’ai une méthode que j’appellerai « massive », j’envoie pour chaque groupe un mail de présentation sur toutes mes adresses mails (42000 !). Ce démarchage massif m’occupe non stop, de septembre à décembre. Puis, j’ai des demandes de renseignements (cette année plus de 250). Je relance également tous mes anciens contacts pour leur rappeler qu’ils avaient été intéressés par un ou plusieurs groupes les années précédentes et que cela n’avait pas abouti, ou bien dans le cas contraire, je viens présenter les autres. Ces mails plus personnalisés me prennent beaucoup de temps, cette année, environ 500 messages.

Puis, souvent de mi-janvier à mars, je relance les contacts de l’année, pour savoir où ils en sont dans leur programmation, nous faisons le point sur leurs projets de concerts et leur budget.

 

Peux-tu réagir à l’article parut dans Libération :

Il y a tourneur et tourneur : je n’ai malheureusement pas le plaisir d’influencer l’économie musicale française, en faisant monter les cachets…  les groupes dont je m’occupe ont des cachets « modestes », par obligation (car la concurrence est importante) mais également par choix.

Je ne me vois pas comme un requin du « showbiz » mais comme quelqu’un qui rend service en mettant en contact les organisateurs et les artistes, je suis là pour trouver des solutions, gérer les problèmes et soulager les groupes afin qu’ils puissent consacrer le maximum de leur temps à créer et à composer.

 

Où te contacter :

Toutes les coordonnées sont sur mon site : www.mickdonnebooking.fr

Les organisateurs de concerts sont les biens venus ! Concernant les groupes cherchant un agent, svp, envoyez moi plutôt un mail, je réponds toujours ! Je récupère les infos et je stocke au cas où… et de temps en temps, j’ai de belles surprises !

De plus, sur mon site vous pourrez faire connaissance avec les groupes suivants : LE SYNDROME DU CHAT, IAN SCOTT, EPSYLON, OUBERET, STABAR, LAZY BUDDIES, LES SHOEPOLISHERS, LES VINYLS, BALBAZAR, LOS MANCHOS DE LA MANCHA, CHAPITRE V, GOLDMEN (et autres tributes), THE SASSY SWINGERS , STETRICE, HOLY MUSHROOM, RICARDO et FACKY

 

Si tu avais une B.A. à proposer quelle serait-elle :

Une bonne action… en septembre, je prendrai un ou plusieurs nouveaux groupes, mais qui ?…

 

Autres questions que tu aurais voulu que je te pose :

 

Y a-t-il que des gens honnêtes dans le monde du spectacle ?

Je ne fais ce métier que depuis 6 ans, j’ai bien sûr fait des erreurs, de mauvais choix, je pense que j’en ferai encore…j’ai également fait de belles rencontres parmi les artistes, les producteurs (déjà sités) et programmateurs (dédicace spéciale à mon ami Anthony M qui a été le premier à programmer un des mes groupes, que je croise de temps en temps et que j’ai toujours un grand plaisir à avoir au téléphone).

J’ai fait également de mauvaises rencontres, des artistes mécontents du manque de contrats qui ont refusé de payer une ou plusieurs commissions. Egalement un producteur qui me prenait pour son employé : si j’ai choisi ce métier, c’est également pour garder ma liberté. Mais dans l’ensemble, très peu de déceptions, et tant de personnes de qualité.

Je ne cherche pas à devenir ami avec les artistes avec lesquels je travaille, on s’apprécie, on fait un bout de route ensemble, plus ou moins longue. Si on se sépare, on reste sur de bonnes relations, mais j’ai également rencontré des personnes qui comptent (biz à Tim et Mathieu) et sur qui je pense pouvoir compter.

 

Et pour finir, je tiens à remercier tous les artistes qui me font confiance et avec qui j’ai plaisir à travailler.

Merci à toi également, Stephen, pour cet échange et bonne continuation à ton blog.

 

C’était l’interview de Mickaël DONNE dans son intégralité. Et maintenant que vous avez toutes les cartes en main, c’est à vous de juger : pour vous « Les Bookers, tous des Requins ? »

Et plus d’infos Rock en « aimant » la page Facebook de Branché-Rock.

P.S. : Voici le lien pour obtenir la liste complète des agents artistiques.

Publicités